Planifier un projet créatif est l’étape incontournable pour vous assurer de le mener à bien.

Je vous ai déjà parlé dans mon article sur mon processus créatif de ma manière de travailler. Pour des projets de moyenne à grande envergure, j’inscris ce processus dans une planification bien établie. C’est essentiel pour moi de ne pas me jeter dans l’inconnu.

Que vous soyez designer graphique, illustrateur(trice), amateur(e) ou professionnel(le), vous devez trouver la méthodologie qui vous aidera à structurer votre travail.

Pourquoi planifier un projet créatif ?

On pourrait penser que création et planification ne font pas bon ménage. Et bien détrompez vous. Il est primordial de bien planifier un projet créatif qu’il soit professionnel ou non. Vous pourriez très rapidement vous retrouver dans une impasse.

Qui ne s’est pas déjà lancé corps et âmes dans un projet pour finalement l’abandonner quelques jours plus tard. Sans planification, on augmente grandement le risque de manque de motivation, de temps ou de ressources. C’est pourquoi, la bonne conduite d’un projet créatif passe avant tout par la planification.

Un projet interminable. Une technique mal maîtrisée. Une date butoir impossible à tenir. Cela aura pour effet de vous décourager à coup sur et d’avoir un gros impact sur votre confiance en vous et vos capacités à finir ce projet.

Le but d’une planification est de faciliter votre production et de tracer un chemin qu’il vous sera alors plus facile d’emprunter. Cela vous permettra également d’anticiper les éventuelles difficultés.

Les grandes étapes pour planifier un projet créatif

1 — Définir un objectif

Même si cela peut paraître évident, ce point est souvent négligé. Il est primordial de visualiser ce que l’on attend d’un projet et ce que l’on souhaite créer. Une série de 10 illustrations ou de 40 illustrations ne soulèvent pas du tout les mêmes enjeux en termes de réalisations.

Sans objectif, on se retrouve souvent à produire en roue libre sans savoir vraiment où nous mène le projet. L’effet direct de cette “méthode” de travail est de ne pas voir le bout du tunnel et de se décourager.

Vos objectifs doivent être clair, et surtout atteignables! Voici quelques exemples:

  • ✔️ Écrire et illustrer un livre pour enfant de 48 pages en couleur.
    L’objectif est clair et précis. On sait dans quoi on se lance.
  • ⚠️ Écrire un livre.
    L’objectif est trop vague.
  • ❌ Écrire une trilogie de 1800 pages illustrées en 6 mois.
    L’objectif est irréaliste.

Si vous ne prenez pas le temps d’établir un objectif clair, précis et quantifiable, vous prenez le risque de vous perdre en chemin.

Il est inutile de vous fixer la réalisation d’une saga en 15 tomes sur la Prusse du 16e siècle. Vous aller vite vous décourager si la tache est trop grande ou difficilement réalisable. Vous pourriez commencer par vous fixer l’objectif de réaliser 1 tome. Cette première étape et le sentiment d’accomplissement qui viendra avec sa réalisation vous donnera envie de poursuivre.

2 — Découper le projet en taches

Afin d’atteindre votre objectif, vous allez devoir établir les différentes étapes de votre projet et un ordre chronologique. Cela peut paraître encore une fois une évidence. Néanmoins, il est nécessaire de bien prévoir tous les aspects de votre projet pour ne pas vous retrouver face à des situations que vous n’aurez pas prévu.

De plus, cela va vous aider à définir les premières étapes à réaliser et donc vous aider à vous lancer.

Une fois ces étapes définies, il ne vous reste plus qu’a les découper en taches de plus petite taille afin de les rendre réalisables plus ou moins rapidement.

Exemple de découpage d’étapes et de taches:

Inspiration

  • Faire les recherches d’inspiration pour les décors
  • Faire les recherches de couleurs
  • Faire des recherches d’inspiration pour les personnages

Dessins préparatoires

  • Faire le design de la carte du monde
  • Faire le design du personnage principal

Écriture

  • Écrire le synopsis
  • Écrire le storyboard
  • Écrire le chapitre 1

La mise en place de ces taches va vous permettre d’y voir plus clair et de hiérarchiser les actions à prendre. Mais cela va aussi vous permettre d’avancer pas à pas en ayant un sentiment de satisfaction à chaque taches accomplies.

3 — Estimer la charge de travail

Une fois votre projet découper en taches, vous allez devoir déterminer le temps de réalisation de chacune d’entre elle. C’est un exercice qui n’est pas facile lorsque l’on n’a pas l’habitude mais cela est essentiel pour établir un échéancier.

Basez vous sur votre expérience. Vous connaissez votre vitesse de réalisation et vous devriez être capable de poser des heures sur les différentes taches. Plus les taches sont précises et petites, plus il va être facile de déterminer un temps.

Ne vous inquiétez pas si vous vous trompez dans l’estimation de vos temps. Vous allez apprendre rapidement à faire ce petit exercice. N’hésitez pas à corriger vos temps si vous vous rendez compte qu’ils ne sont pas réalistes. Le but n’est pas de se donner peu de temps pour aller plus vite, mais de donner le temps juste pour travailler en toute confiance et faire des checkpoints réguliers.

Après avoir établi les temps de réalisation, vous pourrez vous rendre compte de la faisabilité de votre projet et du temps que vous pouvez ou souhaitez y consacrer. C’est le moment de faire des ajustements si vous pensez qu’un projet moins gourmand en terme d’heures est préférable.
Il vaut mieux en faire moins mais mieux que d’abattre beaucoup de travail dans la précipitation.

4 — Créer un échéancier

Maintenant que vous avez vos taches et le nombres d’heures nécessaires pour les réaliser, vous pouvez établir un échéancier. Il est préférable d’étaler le projet dans le temps de manière réaliste plutôt que de vous imposer des dates butoirs impossibles à tenir.

Vous allez ainsi pouvoir vous fixer une date finale, si vous n’en avez pas déjà une. Vous pourrez par la suite vous êtes amené à la décalée, il est important de se fixer cet objectif dans le temps pour rendre votre projet plus concret. Mais il est tout à fait normal de changer cette date au besoin. Ne vous sentez pas coupable de le faire si vous en ressentez le besoin.

5 — Définir les besoins matériels

Lorsque l’on parle de création, il est très souvent nécessaire d’utiliser du matériel. Vous devez vous assurer que vous aurez tout ce dont vous aurez besoin. Vous ne devez pas vous rendre compte, en cours de réalisation, que vous manquez de papier, d’encre d’imprimante ou encore de peinture. De même que vous devez avoir toutes les licences des logiciels que vous serez amenez à utiliser.

Un oubli de ce genre peu vous ralentir voir même vous démotiver.

Faites une liste de ce dont vous avez besoin et vérifiez que vous avez bien tout.

6 — Faire un suivi régulier

Enfin le plus important est de faire un suivi régulier de votre avancement. Et bien évidement de vous ajuster. Si tout se déroule comme prévu, c’est parfait! Mais si vous rencontrez des difficultés dans le respect de votre échéancier, il serait peut être judicieux de le retravailler. Vous avez peut être alloué trop peu de temps par tache. Ou vous avez peut être regroupé trop de taches dans un court lapse de temps. Le but n’est bien sur pas de procrastiné mais de vous imposer la juste charge de travail.

Vous devez également vous assurer que vos avancements répondent toujours à votre objectif de base. Si votre planification de taches a été faite correctement, vous ne devriez pas avoir de soucis. Cependant, il peut arriver que vous sortiez du chemin que vous avez balisé. Dans ce cas, n’hésitez pas à rectifier le tir.

Enfin, prenez du plaisir dans la mise en place de cette méthodologie de travail. Vous devez être à l’aise avec cette méthode, qui est avant tout la pour vous rassurer. Vous pouvez aussi l’adapter à vos besoins mais je vous conseille malgré tout de l’essayer dans son intégralité dans un premier temps.

Dans un futur article, je vous partagerai les outils informatiques ou papiers qui m’aident à bien appliquer cette méthode.

N’hésitez pas si vous avez des questions ou si vous avez des besoins d’avantages de conseils. Vous pouvez venir m’en parler directement sur ma page Facebook ou Instagram.

Partagez nous vos méthodes de travail dans les commentaires!

Leave a Reply